Choisir des jumelles de chasse

TRAVEX

Des jumelles adéquates sont une nécessité pour le  le chasseur ou l'oservateur, qu'il s'agisse de localiser, identifier, compter le gibier, de suivre la chasse ou d'identifier précisément sa cible afin d'éviter un mauvais tir.

 

 

Exigences de base

3 exigences fondamentales se présentent pour les jumelles de chasse :

  • Robustesse : dehors par tous les temps, dans tous les milieux, le chasseur devra pouvoir compter en toutes circonstances sur ses jumelles. Il faut donc qu’elles soient robustes, de préférences équipées d'un revêtement antichoc performant
  •  Etanchéité : pour les mêmes raisons, les jumelles de chasse devront résister à la pluie, à une chute accidentelle dans l'eau, mais aussi aux poussières. Quelles que soient leurs performances, les jumelles à prismes de Porro ne peuvent garantir cette étanchéité du fait de leur architecture. Il faudra donc choisir des jumelles à prismes en toit, plus robustes, parfaitement étanches, plus compactes, mais aussi plus coûteuses
  •  Qualité optique : elle varie énormément, depuis les jumelles de supermarché jusqu'aux modèles de haut de gamme, et les miracles n'existent pas : la qualité se paie.
 

LES USAGES DES JUMELLES DE CHASSE

L'affût au grand gibier, chasse à l'arc à l'affût : Ces chasses se pratiquent alors que la luminosité est faible, mais elles n'exigent généralement pas de déplacement important. On pourra donc privilégier la luminosité des jumelles, qui est toujours au détriment de leur compacité et de leur légèreté. Le grossissement utile sera dans la catégorie moyenne (7 à 10 fois)
 
L'approche, la chasse en plaine, la battue, chasse à l'arc à l'approche: Pouvant signifier des déplacements importants et des milieux fermés assez sombres, ces techniques demanderont des jumelles plus légères, tout en conservant une luminosité correcte. On privilégiera un large champ d'observation et des grossissements moyens (8 ou 10 fois)
 
L'approche en montagne: Pour cette pratique physiquement éprouvante, on choisira des instruments légers, avec un bon grossissement. La luminosité sera évidemment plus faible.
 
 

LA LUMINOSITE

L'utilisateur de jumelles, pour la chasse, l'observation de la mer ou de la nature, recherche toujours un maximum de luminosité... et un minimum de poids.
Faisons le point sur cette question souvent mal comprise.
La luminosité d'une paire de jumelles est liée d'une part à son grossissement (premier chiffre de la formule 8x30, 10x50...) et d'autre part au diamètre de ses deux objectifs (deuxième chiffre de la formule 8x30, 10x50...). En résumé, on dira que plus le diamètre est grand et le grossissement faible, plus la luminosité est importante.
 
D'autres facteurs interviennent cependant de manière décisive :
 
La qualité des verres utilisés varie largement entre les verres standards non-traités des modèles de base, et les verres spéciaux traités multicouches sur toutes les surfaces des jumelles de marque
 
la taille des prismes est sous-dimensionnée dans les jumelles à bas prix, et une grosse partie de la lumière est arrêtée
 
Ainsi, la transmission de la lumière peut être inférieure à 50% pour des jumelles de bas de gamme et supérieure à 95% pour des jumelles de qualité, et de bonnes 8x30 peuvent s'avérer plus lumineuses que de mauvaises 7x50 !!!
 
Le chiffre le plus utile pour caractériser la luminosité d'une (bonne) paire de jumelles est sa pupille de sortie, qui est le quotient du diamètre (en mm) par le facteur de grossissement. Par exemple, la pupille de sortie d'une 8x32 est de 32 : 8 = 4; celle d'une 8x56 est de 56 : 8 = 7. Physiquement, la pupille de sortie est le diamètre du faisceau de lumière transmis à l'œil par l'instrument. Plus la pupille est élevée, plus les jumelles sont lumineuses.
La pupille de l'œil humain, dans de bonnes conditions de lumière diurne, s'ouvre avec un diamètre de 3mm environ. Dans ces conditions, toutes les jumelles offrant une pupille de sortie de 3 au moins conviennent. Si le faisceau de lumière qu'elles transmettent est plus large, l'excédent est quand même arrêté par la fermeture de la pupille !
En lumière crépusculaire ou nocturne, la pupille humaine se dilate jusque 7mm chez les jeunes, et 5mm chez les adultes de 50 ans et plus (la pupille perd de son élasticité avec l'âge...). C'est la raison pour laquelle on ne trouve pas de modèles de jumelles avec des pupilles de plus de 7mm : ce serait parfaitement inutile !
Si vous avez une utilisation crépusculaire de votre instrument, et selon votre âge, vous devrez donc veiller à avoir une pupille de sortie entre 5 et 7.
 
 
 

DISTORSION DES PRISMES

La conception des prismes peut affecter la qualité de la pupille de sortie.

En regardant la pupille de sortie à la surface de l'oculaire et en la pointant vers une source lumineuse d'une distance de 40 à 50 cm, on vérifiera si elle est parfaitement circulaire.


Certaines jumelles disponibles sur le marché ont une pupille de sortie imparfaitement circulaire à cause du matériau du prisme de mauvaise qualité.
Cela produit une pupille de sortie avec les bords ombragés, se traduisant par une luminosité réduite de l'image.
Il va sans dire que les pupilles de sortie des jumelles de bonnes qualités sont toutes parfaitement circulaires et nettes.
 

TRAITEMENT OPTIQUE

Un verre normal ne transmet au mieux que 80% de la lumière.
Le reste est réfléchi par les nombreuses surfaces optiques traversées.
Un traitement antireflet des surfaces optiques, au fluorure de magnésium, augmente la transmission lumineuse, diminue les irisations parasites, améliore le contraste et la netteté de l'image.

L'importance de ces traitements est capitale.

  • Coated ou single-coated : une seule surface air-verre est enduite d'une seule couche de matériau anti-réflexion
  • Fully coated : toutes les surfaces air-verre sont enduites d'une seule couche anti-réflexion 
  • Multicoated : au moins une surface air-verre est enduite d'un revêtement multicouche, les autres surfaces sont soit enduites d'une seule couche anti-réflexion soit tout simplement non traitées
  • Fully multicoated : toutes les surfaces air-verre sont enduites d'un revêtement multicouche

En regardant de près la surface d'un oculaire "fully multicoated" (sans le démonter) on doit percevoir une réflexion vert foncée ou pourpre.
Les optiques présentant des reflets bleus-ambres pour (single coated) ou verts-pourpres pour (multicoated).

 

QUALITE DES VERRES

Il existe deux qualités de verre :

  • BK7 (bas de gamme) 60% de lumière transmise
  • Baryum BAK4 (haut de gamme) 95% de lumière transmise

BK7 (borosilicate) est la qualité standard des verres de jumelles. Ceux-ci sont moins chers à fabriquer et donc sont plus utilisés pour les jumelles d'entrée de gamme.

Les verres BAK4 (sulfate de baryum) sont extrêmement clairs et transparents et sont considérés comme présentant le meilleur niveau de qualité sur le marché. La qualité BAK4 est le résultat d'un procédé de fabrication très compliqué et très long.

 

DEGAGEMENT OCULAIRE

Aussi appelé "relief de l’œil" (RO), il s’agit de la distance entre l'œil et la première lentille de l'oculaire.
Un dégagement oculaire optimal se trouve habituellement entre 10 mm et 22 mm de la lentille oculaire.
La plage de 10 mm à 15 mm produit la meilleure qualité d’image.
Cette distance est donnée par l'œilleton, un anneau en caoutchouc repliable, ou rigide et rétractable, fixé à l'oculaire et sur lequel on appuie l'œil pour plus de confort.
Il en existe trois types: en caoutchouc se repliant et en plastique se rabaissant par glissement ou par pivotement.
Les porteurs de lunettes ont besoin d’un dégagement oculaire d’au moins 13 mm pour compenser la distance supplémentaire entre leurs yeux et les jumelles. Ils rabaisseront les œilletons, à défaut de quoi ils ne verront pas correctement le champ de vision.


Œilleton déplié
Œilleton replié


Les porteurs de lunettes ont besoin d’un dégagement oculaire d’au moins 13 mm pour compenser la distance supplémentaire entre leurs yeux et les jumelles.
Ils rabaisseront les œilletons, à défaut de quoi ils ne verront pas correctement le champ de vision.
 

LES MODELES ETANCHES

L'utilisation de jumelles sous la pluie ou en mer, nécessite l'emploi d'un modèle étanche (waterfroof).
Dans ce cas, on se méfiera des formules comme "étanches aux embruns", "résistantes au brouillard", "résistantes à l'eau" ou "tout temps".
Des jumelles étanches à l'eau doivent pouvoir supporter sans dommage une immersion à une certaine profondeur pendant un certain temps.
 
Il en est de même si des jumelles doivent être soumises à d'importantes variations de température.
Les modèles étanches remplies à l'azote sous pression sont protégées contre la pénétration de l'air ambiant, de son humidité et de la formation de moisissures.
L'intérieur de ces jumelles reste sec, ce qui empêche la formation de buée qui se transforme en gouttes d'eau laissant des traces permanentes sur la face intérieure des lentilles après évaporation.
 

PROTECTION CAOUTCHOUTEE

Un gainage antidérapant caoutchouté protège les jumelles et rend leur prise en main plus agréable, quelles que soient les conditions atmosphériques.
Ce gainage réduit la densité des chocs et permet une durée de vie plus longue à vos jumelles.
Ce n'est pas ce gainage caoutchouc qui rend les jumelles étanches.
 

Retour au sommet de la page

 
TRAVEX

Vos réactions

Afin d'ajouter un commentaire, vous devez être authentifié

 

Sponsors

TRAVEX